Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne du Gouverneur militaire de Paris


Le Souvenir Français.

Publié par CDT (RC) Frederic Rignault sur 9 Mars 2014, 08:52am

Catégories : #Associations

Le Souvenir Français.

En 1872, un professeur alsacien, Xavier Niessen, a la volonté de manifester le refus du nouvel ordre prussien et de prouver l’attachement indéfectible des Alsaciens et des Lorrains à la Patrie française et de maintenir le souvenir des provinces perdues dans tous les départements français. Il croit, avec quelques amis, que le culte des morts pour la France et l’entretien de leurs tombes peuvent et doivent constituer le trait d’union capable de conserver dans les esprits le sentiment d’unité nationale.

En 1887, à Neuilly-sur-Seine, Xavier Niessen créé le Souvenir Français. Sa pensée va d’abord aux 100.000 soldats de la République qui sont morts dans la Guerre franco-prussienne. En dépit de la défaite de l’empereur Napoléon III, il s’agit de ne jamais oublier ceux qui se sont sacrifiés pour que la France reste « une et indivisible ».

Le développement de l’association est très rapide : moins de vingt ans après sa création, le Souvenir Français est présent dans 81 départements. En 1906, elle est « reconnue d’utilité publique ». L’année suivante, un premier comité local se créé en Moselle occupée, dans le petit village de Vallières. Dans un élan identique à celui des autres provinces, l’association se développe en Alsace-Lorraine. L’empressement des populations à se remémorer leur patrie d’origine est tel, que de nombreux comités sont organisés, des monuments à la mémoire des soldats français sont érigés. Devant cet engouement, les Autorités prussiennes finissent par interdire le Souvenir Français, en 1913.

Après la Première Guerre mondiale, en 1920, est créé le Service National des sépultures : dès lors l’Etat prend à sa charge les cimetières militaires de l’ancienne zone des armées et organise des nécropoles nationales. Le rôle du Souvenir Français se concentre alors sur les carrés militaires communaux, à la demande de nombreuses municipalités, ainsi que sur les monuments spécifiques et disséminés un peu partout dans nos villes et nos campagnes.

Au 1er janvier 1939, le Souvenir Français comprend plus de 100.000 adhérents. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le fonctionnement de l’association est désorganisé, les comités locaux sont souvent laissés en jachère. Cela n’empêche pas le Comité national, dirigé par le général Lacapelle, de commencer la prise en compte des tombes des 80.000 soldats sacrifiés pendant la campagne de mai 1940, en France.

Depuis 1945, les missions du Souvenir Français sont :

  • Conservation de la mémoire de celles et ceux qui sont Morts pour la France.
  • Entretien des tombes et monuments élevés à leur mémoire.
  • Transmission aux générations successives des valeurs de la République.

1.700 comités ont été créés, regroupant plus de 200.000 adhérents, dans les communes de la Métropole, des DOM et des TOM, ainsi que dans 63 pays, généralement où se trouvent des tombes de soldats français ou morts pour la France. Régulièrement, des cérémonies d’amitié sont organisées, comme aux Etats-Unis, à Madagascar, en Algérie, en Ukraine ou encore au Vietnam ou en Grande-Bretagne.

Plus de 200 monuments ont été réalisés ou réhabilités, grâce à l’action du Souvenir Français ; plus de 40.000 actions pédagogiques ont été organisées. Chaque année, environ 4.000.000 € sont dépensés pour ces actions. Les financements venant des cotisations, des quêtes, de legs, dons ou encore de subventions.

Pour le département des Hauts-de-Seine, le délégué général est André Labour et les comités locaux sont les suivants : Antony, Asnières, Bois-Colombes, Boulogne-Billancourt, Bourg-la-Reine, Fontenay-aux-Roses, Chatillon, Clamart, Colombes, Courbevoie, Garches, Issy-les-Moulineaux, La Garenne-Colombes, Le Plessis Robinson, Levallois-Perret, Malakoff, Meudon, Montrouge, Neuilly-sur-Seine, Puteaux, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Sceaux, Sèvres, Vaucresson, Ville d'Avray, Villeneuve-la-Garenne.

Du Souvenir Français, le général de Gaulle a dit : « le Souvenir Français poursuit une œuvre admirable. C’est la vie de la France qu’il défend en s’occupant de ceux des siens qui morts pour elle. Leur exemple, dont la mémoire est grâce à vous perpétuée, permet en effet aux générations nouvelles de mesurer la valeur de la liberté et le prix dont il faut savoir la payer. C’est donc avec le plus grand plaisir que j’accepte de donner mon patronage à votre association ».

Commenter cet article

Archives

Articles récents