Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne du Gouverneur militaire de Paris


Le Comité de la Flamme sous l'Arc de Triomphe.

Publié par Réserve Citoyenne Armée de Terre IDF sur 4 Février 2017, 21:47pm

Catégories : #Associations

Le Comité de la Flamme sous l'Arc de Triomphe.

Histoire.

 

À la suite du traumatisme de la Première Guerre mondiale (1,4 million de morts - 3,6 millions de blessés – plus d’un million d’invalides civils et militaires), les autorités nationales et les associations organisent le culte de la mémoire des soldats morts pour la France afin de perpétuer aux travers de lieux symboliques, l’exemple de leur patriotisme et de leur sacrifice. L’Arc de Triomphe au même titre que Verdun et Rethondes est ainsi mis en valeur.

 

L’idée d’un culte rendu à la dépouille d’un soldat inconnu qui représenterait tous les combattants français tombés au champ d’honneur lors de la Grande Guerre germe dès 1916. Au travers des journaux de l’époque, la bataille du lieu d’inhumation se joue. Ce n’est que le 8 novembre 1920 que la Chambre des députés puis le Sénat vote une loi instituant l’inhumation d’un soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe.

 

C’est ainsi que le 10 novembre 1920, à Verdun, le soldat Auguste Thin, avec à ses côtés, André Maginot, ministre des Pensions, désigne le soldat inconnu parmi 8 cercueils, contenant les corps de 8 soldats français non identifiés pris dans les 8 secteurs du front, « de la mer aux Vosges ». Il est transféré sous l’Arc de Triomphe le 11 novembre 1920 puis sera inhumé à son emplacement définitif le 28 janvier 1921.

 

Pendant deux ans, une simple dalle de granit où sont gravés ces quelques mots : « ICI REPOSE UN SOLDAT FRANÇAIS MORT POUR LA PATRIE 1914-1918 » signale la tombe du Soldat Inconnu aux passants.

 

Afin d’éviter l’oubli de ce beau symbole, Gabriel Boissy, journaliste à « l’Intransigeant », lance l’idée d’une Flamme du souvenir sur cette tombe. Deux ministres André Maginot à la Guerre et Léon Bérard à l’Instruction publique, secondés par Paul Léon, directeur des Beaux Arts reprennent ce projet. Le plan de l’architecte Henri Favier est retenu et exécuté par Brandt. La Flamme surgit de la gueule d’un canon braqué vers le ciel encastré dans un bouclier renversé dont la surface ciselée est constituée par des épées formant une étoile.

 

La Flamme est allumée pour la première fois le 11 novembre 1923 par André Maginot, ministre de la Guerre. Elle ne devait plus s’éteindre réalisant le vœu exprimé par Gabriel Boissy : « La Flamme, comme un feu follet, jaillira du sol. Elle sera vraiment comme l’âme du Mort résurgente. Elle palpitera, elle veillera. […] Sa palpitation atteindra ce haut résultat de contraindre tous les passants à une seconde de recueillement. Cette seconde les incitera à un rapide examen de conscience, à ce rappel des vertus nécessaires lorsque le devoir, l’honneur ou la simple nécessité nous appellent ».

 

Mais pour beaucoup d’anciens combattants la Flamme sur la tombe du Soldat inconnu, ne suffit pas.

 

Se voulant leur porte-parole, Jacques Péricard, journaliste nationaliste, ancien combattant de la Grande Guerre, auteur de nombreux ouvrages sur la bataille de Verdun, propose que chaque soir soit ranimée la Flamme du Soldat inconnu par des anciens combattants, ses frères d’arme.

 

Épaulé par Maurice Brunet, également ancien combattant et grand invalide, ils organisent le « culte de l’Inconnu ». L’un s’occupe de la gestion administrative et l’autre des cérémonies tous les soirs à l’Arc. Ils sont aidés par le directeur du journal « l’Intransigeant », Léon Bailly, qui leur affecte un bureau au siège du journal.

 

À leur appel 150 associations d’anciens combattants s’engagent à raviver la Flamme tous les soirs à tour de rôle selon un calendrier et des rites établis.

 

Fondée en 1925, déclarée le 16 octobre 1930, l’association La Flamme sous l’Arc de Triomphe, désigne le général Gouraud, mutilé de guerre et gouverneur militaire de Paris comme son premier président, ceci jusqu’en 1946, date de sa mort.

 

Organisation / Mission.

 

« La Flamme sous l’Arc de Triomphe, Flamme de la Nation » est une union d’associations régie par la loi du 1er juillet 1901. Elle regroupe un peu plus de 500 associations : associations d’anciens combattants mais pas seulement. Toute association, fédération ou fondation peut présenter sa candidature de membre à la Flamme, au vu des documents de déclaration en préfecture. Tout dossier de candidature doit comporter notamment une description de son objet, de son but et de la composition de ses membres.

 

L’association a pour but raviver quotidiennement, au crépuscule, la Flamme sur la tombe du Soldat inconnu et plus généralement d’entretenir sa mémoire c’est-à-dire la mémoire de tous les combattants français et alliés tombés au champ d’honneur.

 

Ainsi, depuis le 11 novembre 1923, l’association procède tous les soirs à 18h30 au ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe.

 

Le général d’armée (2S) Bruno Dary est, depuis décembre 2012, président de « La Flamme sous l’Arc de Triomphe, Flamme de la Nation ». Le conseil d’administration de l’association est formé de 30 membres, femmes et hommes, issus des associations adhérentes.

 

 

 

 

Sources :

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents