Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne du Gouverneur militaire de Paris


Les Ailes Brisées.

Publié par Réserve Citoyenne Armée de Terre IDF sur 11 Juin 2017, 14:43pm

Catégories : #Associations

Les Ailes Brisées.

1 – Histoire.

En 1924, trois grands mutilés de l'aviation, le capitaine Charles, les sergents Solignac et Chardin unissant leurs souffrances communes et leur détresse morale, forment le projet de réunir en une grande Famille tous les mutilés de l'aviation pour resserrer leurs liens d'amitié, secourir matériellement les plus malheureux, leur apporter un réconfort moral et venir en aide aux veuves, aux orphelins et aux ascendants, victimes indirectes des infortunes de l'air.

Après 3 ans d'efforts, l'Association "Les Ailes Brisées" est créée officiellement le 15 mars 1926.

Reconnue d'utilité publique (décret ministériel du 19.11.1928) et de Bienfaisance (décision du Conseil Supérieur de l'Assistance Publique du 31.12.1930) Les Ailes Brisées ont élargi leur domaine d'action à toute l'aéronautique civile et militaire, englobant progressivement outre l'Armée de l'Air, l'Aviation Commerciale, l'Aéronautique Navale, l'Aviation Légère de l'Armée de Terre, les Aéro-Clubs et les Parachutistes civils et militaires (1980).

 

2 – Buts.

Si, durant la première Guerre Mondiale, l'infanterie conquit le titre glorieux de reine des batailles, ce fut au prix d'indicibles traumatismes, de gueules cassées infiniment nombreuses. Suivant la trace de l'association des Gueules Cassées, trois aviateurs blessés, René Charles, Robert Solignac et Marc Chardin, en traitement au Val de Grâce, abandonnés de tous, décidèrent de fonder les Ailes Brisées.

Depuis, leurs buts sont les suivants :

1. Aider : dispenser une assistance morale et matérielle aux naviguants civils et militaires accidentés en service aériens et à leur famille.

2. Honorer : conserver vivace et honorer le souvenir des morts de l'aviation et du parachutisme.

3. Réunir : grouper les anciens combattants de l'arme aérienne, les naviguants et anciens naviguants civils et militaires et les parachutistes et anciens parachutistes.

 

3 – Entraide.

Le maître mot reste le sentiment que doivent avoir les associés de n'être jamais seuls, face aux difficultés matérielles ou affectives, ces dernières pouvant trouver un heureux apaisement dans la possibilité de rencontres choisies avec des semblables. C'est le but de l'annuaire des associés, qui leur est exclusivement destiné.

3.1 – Aides systématiques à l’initiative des Ailes Brisées.

Au profit des membres associés :

    1. Premier secours
    2. Fête des mères
    3. Fêtes de fin d'année
    4. Allocation de dépendance
    5. Aide pour garde d'enfants
    6. Prime de rentrée

Au profit des pupilles

    1. Allocation de rentrée
    2. Aide aux vacances
    3. Noël des pupilles
    4. Prime de majorité
    5. Dotation au mariage

3.2 – Aides sur demande ou proposition

Au profit des membres associés

    1. Aide et conseil
    2. Secours
    3. Prêt social (à taux zéro)
    4. Sortie d'amitié
    5. Voyages rencontres
    6. Mise à disposition d'appartements de vacances

Au profit des pupilles

    1. Bourses d'études
    2. Allocation logement étudiant

 

3.2 – Entraide externe.

 

Il faut remonter à 1946 pour trouver la première mention d'une aide financière tournée vers l'extérieur de l'Association. Il s'agit alors de subventions accordées à deux écoles pour la création desquelles le président de Castet a oeuvré, la Maison des Ailes d'Echouboulains et l'Ecole des Pupilles de l'Air de Grenoble, l'une et l'autre école accueillant de nombreux pupilles qui relèvent du champ d'action des Ailes Brisées.

Ce soutien est donc naturel, s'agissant d'écoles particulièrement adaptées à l'éducation et à l'enseignement d'adolescents privés d'un parent. En novembre de la même année, l'Association fait un don au sanatorium des Industries de l'Aéronautique. Deux ans plus tard, en 1948, l'Association finance deux lits à l'hôpital parisien Notre-Dame de Bon-Secours (aujourd'hui intégré dans le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph).

 

 

 

Sources :

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents