Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne du Gouverneur Militaire de Paris


La Réserve Citoyenne du Gouverneur militaire de Paris reçoit des députés au sujet de la résilience.

Publié par Réserve Citoyenne Armée de Terre IDF sur 20 Juin 2018, 20:24pm

Catégories : #Actualités

De gauche à droite, M. Philippe‐Etienne Dumas (administrateur du groupe d'étude Réserve Citoyenne à l'Assemblée Nationale), Cdt (rc) Patricia Chapelotte (Reserve Citoyenne IdF, équipe projet Résilience), Lcl Spiteri (cabinet du GMP, en arrière‐plan), Mme Séverine Gipson (co‐présidente du groupe d'étude RC), Cdt Ballada (cabinet du GMP, en arrière-plan), Mme Marianne Dubois (vice‐présidente du groupe d'étude RC), le Général de corps d’armée Bruno le Ray (Gouverneur Militaire de Paris), Mme Laurence Vanceunebrock‐Mialon (vice‐présidente du groupe d'étude RC), M. Philippe Gosselin, (co‐président du groupe d'étude RC), Col Follet (EMZDS‐P), M. Jean‐Marie Fievet (vice‐président du groupe d'étude RC ), Lcl (rc) Brice De Gliame (Reserve Citoyenne IdF, directeur projet Résilience).

De gauche à droite, M. Philippe‐Etienne Dumas (administrateur du groupe d'étude Réserve Citoyenne à l'Assemblée Nationale), Cdt (rc) Patricia Chapelotte (Reserve Citoyenne IdF, équipe projet Résilience), Lcl Spiteri (cabinet du GMP, en arrière‐plan), Mme Séverine Gipson (co‐présidente du groupe d'étude RC), Cdt Ballada (cabinet du GMP, en arrière-plan), Mme Marianne Dubois (vice‐présidente du groupe d'étude RC), le Général de corps d’armée Bruno le Ray (Gouverneur Militaire de Paris), Mme Laurence Vanceunebrock‐Mialon (vice‐présidente du groupe d'étude RC), M. Philippe Gosselin, (co‐président du groupe d'étude RC), Col Follet (EMZDS‐P), M. Jean‐Marie Fievet (vice‐président du groupe d'étude RC ), Lcl (rc) Brice De Gliame (Reserve Citoyenne IdF, directeur projet Résilience).

Le 30 mai 2018, dans les salons du Gouverneur Militaire de Paris à l’Hôtel National des Invalides, plusieurs députés du groupe d'étude¹ sur la Réserve Citoyenne² se sont réunis pour échanger autour du projet Résilienceᶟ conduit par la Réserve Citoyenne d’Ile-de-France.

 

Groupe d’étude réserve citoyenne à l’Assemblée Nationale ¹ :

Le groupe d’études sur la réserve citoyenne existe depuis deux législatures. Reconstitué en 2018, il est coprésidé par Séverine Gipson, député La République en Marche de l’Eure et Jérôme Lambert, député Nouvelle Gauche de Charente. Il rassemble une trentaine de députés de tous horizons, dont beaucoup sont euxmêmes réservistes  citoyens, avec pour objectifs de suivre la politique des armées en matière de rayonnement et de mieux faire connaître les missions de cette réserve.

 

Réserve Citoyenne d’IdF ² :

Collaborateurs bénévoles issus de différents secteurs de la société civile, les réservistes citoyens de défense et de sécurité, véritables compléments des forces d’actives, sont des ambassadeurs des Armées et de la Gendarmerie afin de diffuser l’esprit de Défense et de sécurité. Afin de disposer d’une réserve citoyenne prête à répondre aux missions et mandat qui lui sont confiés, une information régulière lui est dispensée pour acquérir une connaissance précise de la spécificité militaire. La Réserve Citoyenne d’IdF du Gouverneur Militaire de Paris compte environ 250 réservistes citoyens.

 

Projet Résilience :

Le projet expérimental « résilience » conduit par une équipe de la réserve citoyenne d’IdF, à la demande du gouverneur militaire de Paris, vise à sensibiliser la population civile aux risques liés à la menace terroriste et aux réactions à adopter en cas d’attentat. La capacité à surmonter les chocs traumatiques et psychologiques sera ainsi progressivement augmentée et l’effet de sidération, qui généralement prévaut dans ces situations paroxystiques, sera atténué sinon annihilé. Le procédé choisi pour parvenir au but escompté repose sur l’identification de plusieurs catégories représentatives de personnels civils, que les réservistes citoyens, structurés en équipes, vont aller rencontrer pour leur présenter le projet. Trois modes d’acculturation ont été déterminés, selon les couches de population ciblées : une offre de stages basés sur deux modules, l’un consacré à l’identification de la menace, l’autre aux gestes de secours d’urgence ; un colloque de dimension internationale, destiné à recueillir les enseignements de pays étrangers confrontés au même phénomène que la France et à enrichir les expériences de chacun ; la constitution d’un réseau d’influence, qui par capillarité transmettra l’effort entrepris et les effets attendus. Les premiers stages, qui ont vocation à être étendus, seront organisés à partir de second semestre de 2018 et le colloque prendra place en septembre du même semestre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents