Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne du Gouverneur Militaire de Paris


Le Récit de Camerone.

Publié par Réserve Citoyenne Armée de Terre IDF sur 21 Avril 2019, 15:58pm

Catégories : #Organisation

Le Récit de Camerone.

L’expédition française au Mexique se déroula de 1861 à 1867. Elle avait pour objectif la mise en place d’un régime favorable aux intérêts français. A l’origine de cette initiative, se trouvaient des conservateurs mexicains en Europe et entre autres José Manuel Hidalgo y Esnaurrizar qui réussit à intéresser l’impératrice Eugénie et Napoléon III. Ce dernier chercha un candidat et trouva l’archiduc Maximilien de Habsbourg qui finit par accepter de devenir empereur du Mexique. L’affaire se termina très mal et les Français durent rembarquer. Quant à Maximilien, il fut fusillé par les Mexicains.

 

Le Récit de Camerone.

Le « Récit de Camerone » est la version épique de la bataille de Camerone, un combat qui opposa une compagnie de la Légion étrangère aux troupes libérales du gouvernement mexicain, le 30 avril 1863. Ce récit est appris par cœur par un lieutenant méritant, et récité devant les troupes dans chaque régiment de la Légion étrangère tous les 30 avril, jour anniversaire de la bataille et fête de la Légion.

« La Légion avait pour mission d’assurer sur 120 kilomètres, la circulation et la sécurité des convois. Le Colonel Jeanningros, qui commandait, apprend le 29 avril 1863, qu’un gros convoi, emportant trois millions en numéraire, du matériel de siège et des munitions était en route pour Puébla. Le Capitaine Danjou, son Adjudant-major se décident à envoyer une Compagnie au-devant du convoi. La 3e Compagnie du Régiment Etranger fut désignée, comme elle n’avait pas d’officiers disponibles, le Capitaine Danjou en prend lui-même le commandement, les sous-lieutenants Maudet porte-drapeau, et Vilain officier-payeur se joignent à lui volontairement.

Le 30 avril, à 1 heure du matin, la 3e Compagnie forte de 3 officiers et soixante-deux hommes, se met en route. Elle avait parcouru environ 20 kilomètres, quand vers 7 heures du matin, elle s’arrête à Paloverde pour faire le café. A ce moment, l’ennemi se dévoile et le combat s’engage aussitôt, le Capitaine Danjou fait former le carré et tout en battant en retraite, repousse victorieusement plusieurs charges de cavalerie, en leur infligeant des premières pertes sévères.

Arrivé à la hauteur de l’auberge de Camerone, vaste bâtisse comportant une cour entourée d’un mur de 3 mètres de haut, ils décident de s’y retrancher pour fixer l’ennemi et retarder ainsi le plus possible le moment où les Mexicains pourront attaquer le convoi. Pendant que les hommes organisent à la hâte la défense de cette auberge, un officier Mexicain, fort de son importante supériorité en nombre, somme le Capitaine Danjou de se rendre. Celui-ci fait répondre : “ Nous avons des cartouches et nous ne nous rendrons pas ”. Puis, levant la main, il jure de se défendre jusqu’à la mort, les survivants prêtent le même serment. Il est 10 heures... Jusqu’à 18 heures, ces soixante hommes qui n’avaient pas mangé ni bu depuis la veille, malgré l’extrême chaleur, la faim, la soif, résistent à deux mille Mexicains : huit cents cavaliers, et mille deux cents fantassins.

A midi, le Capitaine Danjou est tué d’une balle en pleine poitrine. A 2 heures, le sous-lieutenant Vilain tombe frappé d’une balle au front. A ce moment, le colonel mexicain réussit à mettre le feu à l’auberge.

Malgré la chaleur et la fumée qui viennent augmenter leurs souffrances, les légionnaires tiennent bon, mais beaucoup d’entre eux sont frappés. A 5 heures, autour du sous-lieutenant Maudet, ne restent que 12 hommes en état de combattre.

Le colonel mexicain rassemble ses hommes et leur dit de quelle honte, ils vont se couvrir s’ils ne parviennent pas à abattre cette poignée de braves. Un Légionnaire qui comprend l’espagnol traduit ses paroles au fur et à mesure. Les Mexicains vont donner l’assaut général par les brèches qu’ils ont réussi à ouvrir, mais auparavant le colonel Milan adresse encore une sommation au sous-lieutenant Maudet : celui-ci la repousse avec mépris.

L’assaut final est donné. Bientôt, il ne reste autour de Maudet que cinq hommes : le caporal Maine, les légionnaires Cotteau, Wensel, Constantin, Leonhard, chacun garde encore une cartouche, ils ont la baïonnette au canon et, réfugiés dans un coin de la cour, le dos au mur, ils font face. A un signal, ils déchargent leurs fusils à bout portant sur l’ennemi et se précipitent sur lui à la baïonnette. Le sous-lieutenant Maudet et deux légionnaires tombent frappés à mort. Maine et ses deux camarades vont être massacrés quand un officier mexicain se précipite sur eux et les sauve. Il leur crie : “ rendez-vous ! ” - ”Nous nous rendrons si vous nous promettez de relever et de soigner nos blessés et si vous nous laissez nos armes ”, leurs baïonnettes restent menaçantes, “ On ne refuse rien à des hommes comme vous ”, répond l’officier.

Les soixante hommes du Capitaine Danjou ont tenu jusqu’au bout leur serment. Pendant 11 heures, ils ont résisté à deux mille ennemis, en ont tué 300 et blessé autant. Ils ont, par leur sacrifice sauvé le convoi et rempli la mission qui leur avait été confiée.

L’Empereur Napoléon III décida que le nom de Camerone serait inscrit sur le drapeau du Régiment Etranger et que, de plus, les noms de Danjou, Vilain et Maudet, seraient gravés en lettres d’or sur les murs des Invalides à Paris.

En outre, un monument fut élevé en 1892 sur l’emplacement du combat. Il porte l’inscription suivante : Ils furent ici moins de soixante opposés à toute une armée sa masse les écrasa. La vie plutôt que le courage abandonna ces soldats français le 30 avril 1863.

A leur mémoire la patrie éleva ce monument.

Depuis, lorsque les troupes mexicaines passent devant le monument, elles présentent les armes. »

 

La prière du Légionnaire.

 

Seigneur, je voudrais être de ceux qui risquent leur vie.

Seigneur, vous qui êtes né au hasard d'un voyage,

et mort comme un malfaiteur,

après avoir couru sans argent toutes les routes, celles de l'exil,

celles des pèlerinages et celles des prédications itinérantes,

Tirez-moi de mon égoïsme et de mon confort.

Que, marqué de votre croix,

je n'aie pas peur de la vie rude et dangereuse où l'on risque sa vie.

Mais, Seigneur, au-delà de tous risques d'une vie engagée dans l'action,

au-delà de toutes ces aventures plus ou moins sportives,

au-delà de tous les héroïsmes à panache,

rendez-moi disponible pour la belle aventure où vous m'appelez.

J'ai à engager ma vie, Seigneur, sur votre parole.

Les autres peuvent bien être sages, vous m'avez dit qu'il fallait être fou.

D'autres croient à l'ordre, vous m'avez dit de croire à l'Amour.

D'autres s'installent, vous m'avez dit de marcher et d'être prêt à la joie

et à la souffrance, aux échecs et aux réussites,

de ne pas mettre ma confiance en moi, mais en vous,

de jouer  le jeu chrétien sans me soucier des conséquences et, finalement,

de risquer ma vie en comptant sur votre amour.

 

Camerone 2019.

Il est encore possible de s’inscrire pour participer à Camerone 2019 à Aubagne (siège de la Légion). Pour se faire, il convient de se rendre sur le site : https://camerone.legion-etrangere.com/

Attention : en raison de l’application des mesures de sécurité « Sentinelle-Vigipirate », le public de la cérémonie de Camerone sera soumis au respect des procédures d’identification, de filtrage et de fouille à l’entrée du quartier Viénot. Ne pas s’encombrer de sac du type sac à dos ou tout autre accessoire superflu. Une tenue correcte est exigée pour l'accès à la cérémonie et durant toute la kermesse. Fermetures des inscriptions le jeudi  25 avril 2019.

 

Programme de Camerone 2019.

 

Lundi 29 avril 2019

17h00 : Messe du souvenir à Aubagne (Saint Sauveur).

Mardi 30 avril 2019

07h00 : Ouverture des portes du quartier Vienot.

09h30 : Fermeture des portes.

09h45 : Prise d’armes de Camerone.

11h45 : Aubade de la Musique de la Légion étrangère.

12h00 : Ouverture de la kermesse.

12h30 : Lunch officiel, sur invitation.

20h00 : Election de « Miss Képi blanc » et bal du légionnaire.

01h00 : Fermeture de la kermesse.

Mercredi 1er mai 2019

10h30 : Ouverture de la kermesse.

17h00 : Tirage au sort du jeu concours.

20h00 : Fermeture de la kermesse.

22h30 : Fermeture des portes du quartier Vienot.

 

Sources :

Encyclopédie Larousse.

Encyclopédie Wikipédia.

Revue et crédit photographique : Képi Blanc.

Site : https://camerone.legion-etrangere.com/

Site du diocèse aux armées : https://dioceseauxarmees.fr/

 

Expédition du Mexique. Bataille de Puebla.

Expédition du Mexique. Bataille de Puebla.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents