Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne du Gouverneur Militaire de Paris


Les derniers combats de la Grande armée.

Publié par Réserve Citoyenne Armée de Terre IDF sur 29 Février 2020, 11:38am

Catégories : #Mémoire

Les derniers combats de la Grande armée.

Contexte.

 

Nous sommes dans la deuxième quinzaine du mois de juin 1815. L’Empereur vient de perdre la bataille de Waterloo, victime d’erreurs de jugement, du retard de Grouchy, de la folle cavalcade de Ney, de l’acharnement des Anglais, du renversement d’alliance des Belges…

 

Napoléon 1er revient à Paris. Le 22 juin – une semaine après cette défaite – il abdique pour la seconde fois après Fontainebleau (avril 1814). Il se réfugie à La Malmaison, pensant à Joséphine, disparue en ces lieux le 29 mai 1814. « Je m’offre en sacrifice à la haine des ennemis de la France. (…) Je proclame mon fils, sous le nom de Napoléon II, empereur des Français » écrit-il. Mais son repos n’est que de courte durée. Les soldats prussiens de Blücher sont annoncés aux portes de Paris, en contournant la capitale par l’ouest. Napoléon part, dans une discrète calèche, pour Fouras puis l’île d’Aix.

 

La situation n’est pas claire pour autant. Louis XVIII n’est pas encore de retour, pour la deuxième fois... L’un des derniers ordres de l’Empereur consiste à nommer le maréchal Davout chef des armées. Ce dernier, ministre de la Guerre depuis mars 1815, est craint de tous. Il est le seul des maréchaux à n’avoir jamais connu la défaite. Enfermé pendant des mois avec ses soldats dans la ville de Hambourg, l’année précédente, il ne se rendra que sur ordre direct de Louis XVIII (à l’occasion de la première Restauration) et les coalisés laisseront les Français quitter la ville sans combattre. Dans les rangs des armées, qu’elles soient françaises, autrichiennes, anglaises ou prussiennes, la seule évocation du nom de Davout suffit à faire trembler !

 

L’armée française prête au combat.

 

L’armée française est réunie sous les murs de Paris. Elle est commandée par le général Rémi-Joseph Exelmans. Il a été de nombreuses campagnes de l’Empire et est devenu général après Eylau en 1809. Fait prisonnier par les Britanniques en Espagne, il s’évade et revient en France en 1812. C’est un chef respecté.

 

Blücher n’a rencontré que peu de résistance. Confiant, au milieu de dizaines de milliers de soldats, il s’est installé au château de Saint-Germain-en-Laye. Les Prussiens semblent sûrs de leur fait et se répandent dans la contrée, vivant sur l’habitant. Un contingent fort de 6.000 fantassins s’approche de Paris.

 

Davout donne l’ordre à Exelmans de se rendre au devant des hommes de Blücher, avec un corps de 15.000 hommes d’infanterie, sous le commandement du général Vichery. L’idée consiste à se rendre en direction de Saint-Germain par le pont de Neuilly. Mais Davout se ravise et donne un contrordre. Seules les troupes d’Exelmans vont combattre. Elles quittent leur bivouac en formant trois colonnes et coupent la retraite des Prussiens qui s’étaient avancés jusque dans les faubourgs de Versailles. Une colonne du 44e régiment d’infanterie de ligne marche sur Rocquencourt tandis qu’une seconde s’approche de Fontenay-le-Fleury, en contournant Versailles par le sud-ouest. Les troupes prussiennes sont encerclées. Deux divisions de dragons impériaux marchent quant à elles droit sur Versailles et Vélizy.

 

A Vélizy, les soldats des colonels Faudoas et Simonneau se précipitent sur les cavaliers prussiens. Ces derniers sont fusillés à bout portant. Une panique indescriptible s’empare de la cavalerie prussienne. Elle cherche à sortir de la nasse et se dirige vers Rocquencourt et Le Chesnay où d’autres soldats français les attendent. Dans le plus grand désordre, les ennemis reprennent la direction de Saint-Germain. Mais les combats se poursuivent, dans la forêt de Meudon, dans le Bas-Meudon et dans les faubourgs d’Issy.

 

Les Prussiens finissent par tous se replier. Le général Exelmans profite de son avantage. Il fait continuer le mouvement de sa cavalerie vers Saint-Germain. Mais vers Louveciennes, près de Marly-le-Roi il rencontre un corps d’infanterie prussien considérable. Plutôt que de chercher l’affrontement sur un terrain peu propre aux mouvements de cavalerie, car très boisé, il juge prudent de faire retraite. Il revient sur Montrouge. Les Prussiens analysent la manœuvre et viennent s’établir sur Sèvres, qu’ils dévastent.

 

Dans cette bataille, les Prussiens ont perdu près de 1.000 de leurs 1.500 hussards et de nombreux fantassins. Les Français n’ont laissé que peu d’hommes sur le champ de bataille.

 

Le Second traité de Paris.

 

Le Second traité de Paris est signé. La France s’en retourne aux frontières de 1791, avec la perte de la Sarre, de Landau en Rhénanie et de la Savoie. Et commence la seconde Restauration.

 

Le 6 juillet, selon les écrits de Chateaubriand dans Mémoires d’Outre-tombe : « Le soir, vers les neuf heures, j'allai faire ma cour au roi. Sa Majesté était logée dans les bâtiments de l'abbaye ; on avait toutes les peines du monde à empêcher les petites filles de la Légion d'Honneur de crier : Vive Napoléon ! J'entrai d'abord dans l'église ; un pan de mur attenant au cloître était tombé ; l'antique abbatial n'était éclairé que d'une lampe. Je fis ma prière à l'entrée du caveau où j'avais vu descendre Louis XVI : plein de crainte sur l'avenir, je ne sais si je n'ai jamais eu le cœur noyé d'une tristesse plus profonde et plus religieuse. Ensuite je me rendis chez Sa Majesté : introduit dans une des chambres qui précédaient celle du roi, je ne trouvai personne ; je m'assis dans un coin et j'attendis. Tout à coup une porte s'ouvre ; entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime, M. de Talleyrand marchant soutenu par M. Fouché ; la vision infernale passe lentement devant moi, pénètre dans le cabinet du roi et disparaît. Fouché venait jurer foi et hommage à son seigneur ; le féal régicide, à genoux, mit les mains qui firent tomber la tête de Louis XVI entre les mains du frère du roi martyr ; l'évêque apostat fut caution du serment. »

 

A Versailles, Issy et dans quelques autres villages, les Prussiens vont rester jusqu’au mois d’octobre 1815, date à laquelle ils seront remplacés par des Anglais, qui eux-mêmes partiront au mois de décembre suivant.

 

 

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédies Wikipédia, Larousse et Britannica.
  • Site Internet de la ville d’Issy-les-Moulineaux : www.issy.com
  • Site de l’association Historim : www.historim.fr
  • Pierre Charrier, Le maréchal Davout, Nouveau Monde, 2005.
  • Jean-Baptiste Vachée et Henri Bonnal, Etude du caractère militaire du maréchal Davout, Ed. Berger-Levrault, 1907.
  • Alain Pigeard, Dictionnaire des batailles de Napoléon, Tallandier.
Stèle, située à Rocquencourt, qui rappelle les derniers combats de la Grande armée.

Stèle, située à Rocquencourt, qui rappelle les derniers combats de la Grande armée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents