Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne

Réserve Citoyenne du Gouverneur Militaire de Paris - Actualités du Gouverneur : https://www.facebook.com/GouvmiliParis


Anciens de l’Indochine, leurs familles, leurs amis et leurs soutiens : présentations de l'ANAI et de l'ANAPI.

Publié par Réserve Citoyenne Armée de Terre IDF sur 17 Décembre 2020, 15:09pm

Catégories : #Associations

Anciens de l’Indochine, leurs familles, leurs amis et leurs soutiens : présentations de l'ANAI et de l'ANAPI.

L’ANAI.

L'Association Nationale des Anciens et Amis de l'Indochine (ANAI) était une association régie par la loi de 1901 et agréée par le Ministère des Anciens Combattants, réunissant Français, Vietnamiens, Cambodgiens et Laotiens attachés au souvenir de l'Indochine.

Aux termes de ses statuts, ses objectifs étaient les suivants :

  • Faire connaître l'Indochine à l'opinion publique ;
  • Illustrer notamment l'œuvre que la France y a accomplie pendant trois siècles ;
  • Défendre les intérêts moraux et l'honneur des anciens combattants et victimes de guerre ;
  • Favoriser l'entraide au profit des anciens d'Indochine et des Indochinois dans le besoin ;
  • Faciliter la connaissance des Français et des Indochinois d'aujourd'hui.

 

Elle s'interdisait tout débat d'ordre politique, religieux ou syndical.

L'ANAI était ouverte à tous ceux, civils et militaires, qui avaient servi, vécu ou séjourné en Indochine ; elle accueillait en outre quiconque, intéressé par le Viêtnam, le Cambodge ou le Laos actuels, souhaitait en retrouver la filiation française et entretenir son souvenir.

Son siège national était établi à Paris.

Elle a été dissoute lors de l'Assemblée Générale extraordinaire de septembre 2012 et a donc disparu le 31 décembre 2012. Mais depuis le 1er janvier 2013, un certain nombre de sections, érigées en associations départementales (voir le site de l’ANAPI pour retrouver cette liste) continuent l'œuvre de l'ANAI.

 

L’ANAPI.

A la suite d’une restructuration, l’Association Nationale des Anciens Prisonniers Internés Déportés d’Indochine (ANAPI), créée le 15 novembre 1985, a été liquidée le 15 mai 2014. Elle est remplacée par l’ANAPI-Fédérale qui a été créée le 13 février 2014.

L’« Association fédérale Nationale des Anciens Prisonniers Internés déportés d'Indochine» (ANAPI-Fédérale) a pour objet :

  • de regrouper, au niveau national, les Amicales, avec ou sans personnalité morale , représentants au niveau régional les anciens prisonniers-internés-déportés ayant été détenus dans les camps du Vietminh, les camps japonais, chinois et/ou dans les autres camps de prisonniers ayant existé en Asie, pendant la période comprise entre 1945 et 1954.
  • De préserver leurs intérêts moraux et matériels ou ceux de leurs ayants droit.
  • De regrouper au niveau national les associations et Amicales, avec ou sans personnalité morale, d’anciens combattants, de civiles et d’amis de l’Indochine.
  • De représenter l'ensemble des Amicales et associations qui lui sont affiliées auprès des pouvoirs publics et autres organismes, ainsi qu'auprès des instances étrangères et internationales.

 

Les membres de l’ANAPI sont en majorité d’anciens prisonniers ou déportés d’Indochine ou leurs conjoints et enfants. Elle accepte également des membres bienfaiteurs.

Ses adhérents représentent l’ensemble des combats d’Indochine : pendant la guerre de 1939-1945 avec ceux qui furent détenus par les Japonais; les soldats de la boue des deltas du Mékong et du Fleuve Rouge; ceux des combats sur la RC 4 et ceux de Dien Bien Phû; ceux enfin des opérations du Cambodge et du Laos. Elle regroupe toutes les catégories de grades, s’étageant du légionnaire du rang au général d’armée, toutes les races ou nationalités, toutes les religions à l’image du CEFEO (Corps expéditionnaire français d’Extrême Orient).

On y trouve toutes les formes de capture et d’enlèvement : prisonniers des japonais, des soldats d’Ho Chi Minh, des Coréens, des Chinois, équipages d’avions abattus ou bateaux coulés, otages civils ou militaires, masculins ou féminins de tous âges, dont certains sont nés en captivité. Il y a des représentants de toutes les batailles : RC4, Vinh-Yen, Dien-Bien-Phu, Nga-lo, Hauts Plateaux, de toutes les armées (Terre, Air, Mer). Toutes les durées de détention sont citées, allant d’un jour à huit ans. Chacun a recouvré la liberté de façon inédite : les évadés, ceux qui ont été libérés «  inconditionnellement  » au cours du conflit, ou après les accords de Genève.

Sont mentionnées toutes les zones géographiques : Vietnam, Laos, Cambodge et même la Chine. Tous les camps, prisons ou pénitenciers sont dans les mémoires. Parmi ses membres, il y a aussi des frères eurasiens dont la plupart ont connu les camps japonais.

En un mot, un panel très vaste et divers d’hommes et de femmes dont le point commun a été de tombés aux mains de l’adversaire un jour où la chance ne leur a plus souri.

 

 

Sources :

 

Anciens de l’Indochine, leurs familles, leurs amis et leurs soutiens : présentations de l'ANAI et de l'ANAPI.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents