Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réserve Citoyenne du Gouverneur militaire de Paris

Réserve Citoyenne du Gouverneur militaire de Paris

La RC du Gouverneur sur les réseaux sociaux : Facebook - https://www.facebook.com/reservecitoyennedugmp - Instagram : https://www.instagram.com/reservistes.terre.gmp/ - X : https://twitter.com/RC_GMP - LinkedIn : réserve citoyenne du gouverneur militaire de paris


Le 5e RHC.

Publié par Réserve Citoyenne Armée de Terre IDF sur 5 Avril 2021, 13:54pm

Catégories : #Unités militaires

Le Tigre devant le pic d'Ossau dans les Pyrénées.

Le Tigre devant le pic d'Ossau dans les Pyrénées.

Faisant partie, comme ses deux régiments frères de Phalsbourg et d’Etain, de la 4e brigade d’aérocombat (4e BAC) de Clermont-Ferrand, le 5e régiment d’hélicoptères de combat a été créé à Pau-Uzein le 1er juillet 1977.

Il s’est installé depuis le 21 septembre 1984 à Pau au quartier « Chef d’Escadrons de Rose », son implantation actuelle. Régiment du Béarn, héritier de la tradition séculaire de la ville de Pau en matière d’aéronautique militaire, le 5e RHC soutient plus de 60 appareils et forme ainsi avec le 4e RHFS la plus grande base d’hélicoptères en Europe. Son personnel est fier de mettre en œuvre les hélicoptères de dernière génération et des équipements particulièrement modernes au service des Armées.

 

Histoire.

Il hérite des traditions du peloton d’avions de la 5Division Blindée, qui s’est illustré pendant la campagne d’Allemagne en 1945, et du Groupe d’Hélicoptères n°2 qui a ouvert la voie aux manœuvres héliportées lors des opérations en Afrique du Nord. Comme en témoigne son insigne, le régiment est directement issu du groupe d'aviation légère divisionnaire parachutiste n°11 et arbore ainsi le fameux choucas des parachutistes entouré des ailes de l’aviation légère de l’armée de Terre.

Héritier des traditions du peloton d’aviation d’artillerie de la 5e division blindée (PAA 5e DB), du groupe français d’hélicoptères de l’armée de Terre en Indochine (GFHATI) et du groupe d’hélicoptères n°2 (GH2), le régiment porte fièrement les couleurs de ces unités.

Cité à l’ordre de l’armée pour son allant et son courage au Tchad en 1979, le 5e RHC est présent depuis sa création sur tous les théâtres où les forces françaises ont été engagées. L’étendard du 5e RHC porte dans ses plis les lettres d'or : "Honneur et Patrie" et "Allemagne 1945".

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1939/1945, avec étoile de vermeil, de la médaille d’honneur du service des armées, suite à son engagement avec le SAMU dans les années 80, de la croix de la valeur militaire avec palme de bronze en 2011, au titre des opérations sur le théâtre afghan, en 2012 au titre de l’opération en Libye, en 2013 de nouveau au titre des opérations sur le théâtre afghan, en 2014 et en 2017 au titre de l’opération au Mali.

Le 11 juillet 2013 il s’est vu remettre la fourragère aux couleurs de la croix de la valeur militaire au cours d’une émouvante cérémonie aux Invalides.

 

Implantation.

Entre l'océan Atlantique et la chaîne des Pyrénées, le 5e RHC est situé en bordure de l'aéroport de Pau Pyrénées.

5e régiment d'hélicoptères de combat - Quartier de Rose

BP 595 – 64010 Pau CEDEX

 

Mission.

Les missions du régiment combinent le renseignement, l'intervention armée, la manœuvre et le transport de tous types de troupes.

Dès sa création, le 5e RHC fait preuve de son efficacité opérationnelle au Tchad puis successivement dans les Balkans, dans le golfe Arabo-Persique, en Somalie, au Rwanda, en Côte d’Ivoire, au Gabon et à Djibouti.

Il est engagé dans l’opération PAMIR en Afghanistan en 2008 en fournissant pendant 5 ans, en auto-relève, les détachements Cougar et Tigre du BATHELICO de la Task Force Lafayette. Il se distingue particulièrement au cours de l’opération HARMATTAN en Lybie en 2011 puis dans l’opération SERVAL au Mali en 2013 en ouvrant le théâtre des opérations et en procédant aux premières interventions. Le 5e RHC est également engagé en République Centrafricaine, sur l’opération SANGARIS en juin 2014, puis sur l'opération BARKHANE au Mali.

Le 5e RHC est également engagé dans toutes les missions intérieures (MISSINT) :

  • Secours aux populations après les catastrophes naturelles (inondations et tempêtes notamment).
  • Lutte contre les incendies dans le cadre du plan HÉPHAÏSTOS tous les étés dans le Sud-est.
  • SENTINELLE.
  • HARPIE.

 

Composition.

Le 5 e RHC est organisé de la façon suivante :

  • Un bataillon d’appui aéromobile (une escadrille des services aériens et une escadrille de commandement et de logistique) ;
  • Une escadrille Cougar, deux escadrilles Caïman et une escadrille de maintenance ;
  • Deux escadrilles Tigre, une escadrille Gazelle et deux escadrilles de maintenance.

Son effectif est d’environ de 900 militaires, 330 réservistes et 40 civils

 

Matériel

Parc aéronautique : 9 hélicoptères légers Gazelle, 11 hélicoptères nouvelle génération Tigre (HAP, HAD) et 9 Cougar rénovés. Depuis 2018, le régiment possède 8 Caïman (Hélicoptère de transport nouvelle génération). D’autres moyens particulièrement performants équipent le régiment :

  • Deux radars mobiles équipés du système polyvalent d'atterrissage de recueil de télécommunication et de l'identification de l'altitude (SPARTIATE) pour guider les atterrissages en tout temps à partir de 40km.
  • Une station météo d'infrastructure (PIC) et une station portable de réception d'informations météorologiques (SPRIM) pour la surveillance des champs de bataille.
  • Les moyens incendie du peloton de sécurité incendie et sauvetage (PSIS) doté de véhicules d'intervention polyvalents (VIP).
  • Un centre de simulation dernière génération.

Le régiment dispose depuis 2009 d'un centre de simulation complet et particulièrement moderne. Ce centre permet aux équipages de s’entraîner dans tous les environnements et à tous types de vols.

En 2010, le centre reçoit l’entraîneur de pilotage et de système d’armes (EPSA), représentant une Gazelle Viviane, qui permet de pratiquer tous les types de vol tels le vol aux instruments, le vol avec jumelles de vision nocturne, le tir aux armes de bord HOT, Mistral ou canon de 20 mm, les pannes ou encore les poser poussière.

Ensuite, les deux cockpits " procedure trainer large fields of view" du Tigre complètent l’équipement du centre de simulation. Ils permettent à un équipage de s’entraîner aux procédures d’urgence et à la maîtrise des systèmes d’armes.

En 2018, le simulateur MRTD (Multi-Role Training Device) Caïman est installé au centre de simulation avec ses fonctions d’entraînement procédural et tactique.

Le MRTD est un véritable FMS (Full Mission Simulator) bénéficiant d’une modernisation de la plateforme et d’une simulation tactique couvrant toute la gamme des missions du Caïman. Le MRTD répond également aux besoins d’entraînement au vol et à la navigation : conversion de type, vol aux instruments, pannes ...

Le centre est armé de "l’entraîneur didactique interactif tactique pour hélicoptère" (EDITH) qui permet de s’entraîner sur 6 postes de manière simultanée.

Le centre accueille également la composante numérisation de l’espace de bataille du régiment avec son centre opérationnel numérisé permanent. Cette co-localisation des moyens de simulation et de numérisation permet l’entraînement tactique de toute la chaîne de commandement.

 

Formation.

Officiers des armes et sous contrat par les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (de 4 mois à 3 ans).

Officiers sous contrat pilotes.

Sous-officiers par l'école de Saint-Maixent.

EVAT/VDAT formation interne au 5e RHC.

 

Emploi.

Officiers : pilote, mécanicien

Sous-officiers : mécanicien, spécialiste logistique, météorologie, simulateur de vol, sécurité incendie, systèmes informatiques, gestion des matériels, administration des personnels, comptabilité et finances, éducation physique sportive et militaire.

EVAT-VDAT : combattant (orienteur-baliseur), radiophoniste, magasinier, cuisinier, serveur, secrétaire, conducteur VL-PL-SPL, aide-mécanicien, pompier, maître-chien.

 

Un rappel tragique : le combat de la vallée d’Eranga : l’opération, qui se déroule en novembre 2019, au cours de l’Opération BARKHANE, est marquée par l’abordage de deux hélicoptères qui cause la mort de treize militaires dont sept du 5e RHC :

  • Capitaine Nicolas Mégard ;
  • Capitaine Benjamin Gireud ;
  • Capitaine Clément Frison-Roche ;
  • Lieutenant Alex Morisse ;
  • Lieutenant Pierre-Emmanuel Bockel ;
  • Adjudant-chef Julien Carette ;
  • Brigadier-chef Romain Salles de Saint-Paul.

 

Droits : Armée de Terre (texte et photo).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents